17

octobre

C’est une révolution

Jusqu’à récemment, il était impossible de manger du pain frais à Camopi.

 

« S’ils n’ont pas de pain, qu’ils mangent de la brioche ! » aurait-on pu nous suggérer en paraphrasant Marie-Antoinette.

 

Mais il n’y avait pas de brioche non plus.

 

Car il n’y avait pas de boulangerie.

 

Enfin… pour être exact, il y avait une boulangerie. Elle avait été construite dans un recoin derrière l’épicerie il y a plus de 4 ans.

 

La vérité c’est qu’il n’y avait pas de boulanger.

 

La rumeur m’a rapporté qu’on avait envoyé un jeune de Camopi pour se former au métier. Et qu’il avait fini par rester à Cayenne.

 

Mais, voilà, qu’une nouvelle rumeur courrait depuis quelques jours « Un jeune boulanger de Saint-Georges est sur le point d’arriver. »

 

Et la rumeur était vraie.

 

Bryan est encore dans les essais, la vente se fait par la fenêtre de la boulangerie mais, ça y est, on a du pain frais à Camopi !

 

C’est une révolution.

 

Du pain !


4 commentaires à “C’est une révolution”

  1. José Lemaire

    Tu finiras par te fixer là-bas !

  2. mazzarelli

    http://www.marmiton.org/recettes/recette_farine-de-manioc-au-beurre-faroca-de-mon-ami-ze_67788.aspx

  3. Yem

    Bonnes tartines!

  4. DELABARRE

    Evidemment vous êtes loin de l’Auvézère et des indigènes périgourdins.mais on retrouve le jeune toubib plein de fougue, d’adaptation au milieu et aux urgences les plus variées malgré une certaine amertume… ou nostalgie. Vous pourrez toujours retrouver notre centre médical mais vous risquez de vous y ennuyer…
    Amical souvenir.
    A.Delabarre et R-M Widolf.

Laissez un commentaire