1

septembre

Papaichton dernière

Venu ici pour me poser et trouver une certaine solitude je me suis laissé entraîner par l’âme festive de la place.

Mon séjour ici se termine. J’ai, une nouvelle fois, apprécié ce séjour. Devoir à nouveau me faire accepter par une équipe, par une population inconnue est pour moi très stimulant. Tous m’ont réservé un accueil chaleureux. Il a bien fallu quelques jours pour que la population m’accepte mais c’est bien normal. Pour l’équipe pas de problème j’ai été reçu très chaleureusement. Je termine d’ailleurs entouré d’une équipe de femmes qui sont montées sur piles électriques et les jours sont trop courts pour partager tout ce que l’on souhaiterait.Ne percevez aucune ambiguïté dans cette phrase.

Une équipe de choc

Carmen la sage se livre lorsqu’elle danse, Étoile est toujours « au taquet ». Morgane la dernière infirmière arrivée cache des talents d’acrobate et n’est pas la dernière à faire la fête.Julie ma collègue est toujours prête. « Allez mon Philou, viens avec nous ».
Je viens de refuser la partie de baby foot proposée pour pouvoir me poser un peu et écrire.
Je n’ai pas eu de coups durs au travail. Le patient chinois qui a reçu un coup de fusil à mon arrivée vient tous les jours pour son pansement. Il lui reste un tunnel dans les chairs de peau à la peau qui mettra bien six mois avant de se refermer cependant les infirmières font des miracles et elles pensent que trois mois seront suffisant. Depuis que nous lui prodiguons nos soins il est extrêmement généreux avec nous.

Les balades
Je suis donc parti faire la balade de la source puis celle de la crique avec Carmen notre guide et Morgane. On a vu, enfin, l’oiseau sentinelle qui est bien petit pour faire autant de bruit. Son cri perçant serait assimilé à une mise en garde des autres animaux à l’arrivée d’un intrus mais je n’en crois rien.
Nous n’avons pas croisé d’animaux spectaculaires cependant quelques morphos au bleu métallique voletaient en changeant si souvent de direction qu’ils étaient impossible de les photographier. Une chenille et une araignée plus tranquilles ont accepté de poser.

P1030944a
Repas de chenille

P1030947a

La balade de La Crique est, elle aussi, très agréable avec quelques compositions florales naturelles et quelques troncs d’arbre pour traverser le cours d’eau. J’y suis aussi mal à l’aise que Morgane s’y sent bien.

Composition florale spontanée

Composition florale spontanée

Morgane traversant le crique

Morgane traversant le crique

Pas de pakou, je devrai revenir,

La partie de pêche de l’après midi a fini rapidement en baignade avec les enfants qui jouaient là et en tournoi équestre dans l’eau grise. De toutes façons il y avait tant de bruit que les pakous déjà peu sensible à ma quête avaient fui bien loin.
Les arbres de la forêt ainsi que les manguiers commencent à fleurir et je m’interroge. Nous sommes au dessus de l’équateur et il semble que la végétation manifeste un semblant de printemps. Où est la logique alors que nous somme presque en automne boréale ? D’un autre coté que pourrait-il se passer de différent pour deux arbres situés à un mètre de l’autre de chaque coté de l’équateur ? Qu’est-ce qui fait qu’un arbre fleurit en aout plutôt qu’en février en hémisphère nord ? A quelle latitude s’opère le changement? Si quelqu’un a une réponse je suis preneur.

L'arbre rose

L’arbre rose

Suite et fin
Parti hier de Papaichton je suis à Cayenne pour ce dernier jour. Une douche chaude à l’hôtel c’est bien sympa. Ce matin au petit déjeuner mes yeux sont bien sûr attirés par la télévision sans le son de la salle de restaurant. La speakerine s’ouvre la bouche comme un poisson dans un bocal. En bas de l’écran des informations défilent sur une bande étroite. Je lis « Emeutes au Gabon: la France exprime sa vive préoccupation et souhaite la plus grande retenue ». Comment peut-on écrire des phrases comme ça et les faire défiler en continu sur une chaine? Vraiment je ne pense pas avoir manqué grand chose en étant coupé du monde médiatique.

Bon allez Philippe, du balais, laisse la place

Du balais

Du balais


3 commentaires à “Papaichton dernière”

  1. Alain

    Merci Philippe de partager tout ça.
    C’est sûr que ce sejour t’as permis de te retrouver. Cette faculté qui est la tienne de prendre du recul a été exacerbée par ce beau Pays.
    Le cri du kikivi va te suivre un moment le matin au réveil…

  2. radigue didier

    Welcome back soon Doc

  3. Chichalf

    Coucou Philou, tu nous manque…. sans toi Papaïchton n’a plus la même couleur.
    Merci pour tout notamment pour tes cours d’accouchement qui ont déjà été mis en pratique!
    Depuis que tu es parti Papaichton est en effervescent avec 3 évacuation hélico en 3 jours!!! On a même plus le temps d’aller pécher les yaya!!!

    Gros bisous à très vite
    l’équipe des piles électriques

Laissez un commentaire